animateur-periscolaireSelon le décret de janvier 2013, toutes les écoles françaises devront mettre en place la semaine de quatre jours et demi dès la rentrée 2014. 83% des communes sont donc concernées et ont dû s’organiser pour pouvoir appliquer la réforme des rythmes scolaires dans les temps. Pour certaines, comme Lyon, le recrutement des animateurs périscolaires est loin d’être terminé…

Des villes qui recrutent : Zoom sur Lyon

Il suffit de suivre l’actualité des rythmes scolaires et des communes restantes pour constater que bon nombre d’entre elles peinent encore à finaliser le recrutement de leurs animateurs périscolaires pour le mois de septembre. De nombreuses villes d’Ile de France et d’autres villes de provinces, notamment Montpellier, sont encore concernées.

Il y a quelques jours, la ville de Lyon organisait une journée de recrutement et recevait pas moins de 500 candidats. Sur les 1600 animateurs nécessaires pour la rentrée 2014, il lui en restait 800 à trouver au mois de juin. Une difficulté qui peut s’expliquer par la nature des contrats et notamment le nombre d’heures assez limité pour certains postes. En effet, la ville recherche des animateurs pour des CDD ou CDI à temps partiel pour travailler pendant les pauses méridiennes – tous les midis – ainsi que le vendredi après-midi de 13h30 à 16h30. Le nombre d’heures peut ainsi varier de 3h à 25h.

Animateur périscolaire : les profils recherchés

Les temps périscolaires permettront de proposer des activités pédagogiques complémentaires aux enfants. Le rôle de l’animateur sera donc de proposer et de mettre en place des activités socioculturelles en lien avec le projet pédagogique, mais aussi de s’assurer du bon déroulement des repas ou encore de développer l’autonomie des enfants. Les animateurs – qui pourront aussi bien être recrutés par la commune que par les MJC – devront ainsi proposer des activités d’éveil culturel ou sportif, dont le contenu dépendra évidemment de leurs propres compétences. C’est pourquoi les villes recherchent aussi bien des jeunes ayant un profil sportif, que des jeunes ayant un profil culturel.

Selon les besoins des écoles et la façon dont l’emploi du temps a été aménagé, les postes peuvent aussi bien concerner des étudiants – disponibles pour travailler quelques heures dans la semaine pour compléter leurs revenus – que des personnes souhaitant travailler par la suite dans les métiers de l’animation et de la petite enfance. Pour pouvoir prétendre à ce type de poste, les candidats devront de préférence avoir le bafa, un diplôme équivalent, ou une expérience significative dans l’animation.  Pour ceux qui ne possèdent pas de diplômes, certaines villes, comme Lyon, proposeront des formations pendant l’année.

Comments

Aucun commentaire.

Déposer un commentaire

Vous devez être connecté pour déposer un commentaire.

© Copyright . Tous droits réservés.